Ass. Cercle Occitan du Lodevois

PASSEJADA DE LAS SOPAS LO DIMENGE 1er D'OCTOBRE 2017

PASSEJADA DE LAS SOPAS LO DIMENGE 1er D'OCTOBRE 2017

 

 

La ploja del dissabte nos faguèt crénher per aquela seténa passejada de las sopas ....çaquelà, dimenge se levèt amb un cèl linde que nos daissèt totes los espèrs !

A uèit oras, ja, lo mond se sarrava a la sala de las fèstas del Caylar. La primièra sopa ( carròtas e cumin ) èra cauda e los bòls lèu emplenats .

Lo grop Tindarèl arribèt e se metèt a jogar per esperar la partença del tropèl de passejaires.

Tanben, lo contaire aveyronés Yves Durand nos regalèt amb de galejadas, balhant lo ton de la jornada .

En caminant, podèrem remirar lo polit païsatge del plateu del Larzac : de colors d'autun , de vacas dins los prats amb un masclàs plan marrit qu'ensajava de cargar ....

De musicas tradicionalas e de contes de Roèrgue ( Drac, draquessa, dracos...) acompanhèron nòstra caminada .

Arribèrem a Madières a la bòria del Marcel : alàra, la sopa al melsat foguèt la benvenguda. Cadun sortiguèt son pica-mica de la saqueta e lo café concluèt lo repais .

La tantossada se debanèt jos lo solelh e arribèrem al Caylar per tastar la tresena sopa (cogorla) e per dansar .

I aguèt, en demai  a beure, un vin caud famós .

Tot lo mond partiguèron, cansats mas contents d'aquesta jornada passada dins la convivialitat,  en se diguent "a l'an que ven! "

 

MARISA

 

         ~~~~~~~~

 

La pluie de samedi nous a fait craindre pour cette septième randonnée des soupes... pourtant dimanche se leva dans un ciel lumineux qui nous laissa tous les espoirs !

Dés huit heures, le monde se réunissait à la salle des fêtes du Caylar. La première soupe (carottes et cumin ) était chaude et les bols vite remplis.

Le groupe TINDAREL arriva et se mit à jouer en attendant le départ de la troupe des randonneurs. De même, le conteur aveyronnais YVES DURAND nous régala de galéjades, donnant le ton de la journée.

En marchant nous avons pu admirer le magnifique paysage du plateau du Larzac : les couleurs d'automne, les vaches dans les prés avec un taureau à l'air bien mauvais qui envisageait de charger...

De la musique traditionnelle et des contes du Rouergue ( le Drac, la Draquesse et leur progéniture ) accompagnèrent notre cheminement.

Nous arrivâmes à Madières dans la ferme de Marcel : là, la soupe au melsat fut la bienvenue.

Chacun sortit son pique-nique du sac et on finit par un café.

L’après-midi se déroula sous le soleil et nous sommes arrivés au Caylar pour déguster la troisième soupe ( citrouille ) et danser.

Il y eut en plus un fameux vin chaud.

Puis les gens sont partis, fatigués mais enchantés de cette journée passée dans la convivialité en se disant " à l'année prochaine ! "

 

MARYSE

 

FOTÒS DE LA PASSEJADA 2017


PASSEJADA DE LAS SOPAS lo 1er d'octòbre 2017

PASSEJADA DE  LAS SOPAS lo 1er d'octòbre 2017

CROSIÈRA sus LO CANAL del MIÈGJORN lo dissabte 29 d'aprial 2017

CROSIÈRA sus LO CANAL del MIÈGJORN lo dissabte 29 d'aprial 2017

 

 Dins l'encastre dels cafès d'educacion populara, lo Cercle Occitan del Lodevés aviá organizat una crosièra sus lo canal del Miègjorn.

Aquò se passèt lo 29 de abrial : fasiá un pauc frisquet mas lo solelh èra de la partida. Èrem un cincantenat a montar sus la gabarra "la Santa Maria", un vaissèl alemàn bastit en 1904.

Los comentaris istorics foguèron assegurats per Samuel, lo nòstre guida.

Passèrem las 9 enclusas e nos avisèrem d'aquela realizacion excepcionala del sègle XVII : las portas metallicas que se dubrisson davant nosautres, las concas que se vojan jos lo batèu...

Cal dire que lo canal del Miègjorn es classat dempuèi 1996 al Patrimòni Mondial de l'UNESCO. Lo creator es Pèire-Pau RIQUET.

Tanben, foguèrem admiratius davant lo Malpàs : long de 165 mètres e larg de 8 mètres, aquel sosterranh es lo primièr jamai utilizat per la navigacion.

La jornada se passèt dins la convivialitat amb un repais sus la gabarra, animada per cançons e musica d'acordeon.

 

MARISA

Aprèp las fotòs, avètz un tèxt de Jaume d'Aloton sus lo Malpàs

 

                                                    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

Dans le cadre des cafés d'éducation populaire, le Cercle Occitan du Lodèvois avait organisé une croisière sur le canal du Midi.

Cela s'est passé le 29 avril ; il faisait frisquet, mais le soleil était de la partie. Nous étions une cinquantaine à monter sur la gabarre " la Santa-Maria ", un bateau allemand construit en 1904.

Les commentaires historiques furent dispensés par Samuel, notre guide.

Nous passâmes les 9 écluses et nous nous avisâmes de cette réalisation exceptionnelle du XVIIème siècle : les portes métalliques qui s'ouvrent devant nous, les bassins qui se vident sous le bateau...

Il faut dire que le canal du Midi est classé depuis 1996 au Patrimoine Mondial de l'UNESCO. Son créateur est Pierre-Paul RIQUET.

Nous fûmes également admiratifs du Malpas : long de 165 mètres et large de 6, ce souterrain est le premier à avoir jamais été utilisé pour la navigation.

La journée se passa dans la convivialité avec un repas sur la gabarre, journée animée par des chansons au son de l’accordéon.

 

MARYSE.

Après les photos, vous avez un texte de Jacques d'Octon sur le Malpas.

 

FOTÒS de la CROSIÈRA sus LO CANAL del MIÈGJORN


LO MALPÀS

LO MALPÀS

 

Lo canal del Miègjorn : Pèire-Pau RIQUET

 

LO MALPÀS

 

 

    Lo canal del Miègjorn es classat dempuèi 1996 al Patrimòni Mondial de L’UNESCO. Lo creator d’aquela òbra es Pèire-Pau RIQUET, baron de Bonrepos.

    P.P.Riquet foguèt autorizat en mai de 1665 de cavar una primièra regòla de pròva. S’agís de verificar que se pòt menar pron d’aiga a Nauroza. Riquet, segur de sa capitada, prepausa a Colbèrt, ministre de Loís XIV, de pagar amb son argent, un pauc per rassegurar lo ministre, mas per poder demandar tanben bens e onors per la familha.

    En octobre de 1666, P.P.Riquet es autorizat, per un edict de Loís XIV, a establir « Lo Canal Reial de comunicacion de las Doas Mars ».

    Lo 19 de mai de 1668, la primièra enclusa es inaugurada a Tolosa. Una galiòta venguda de Bordèu pren P.P.Riquet, sa familha e las personalitas presentas, e van de Tolosa a Nauroza. L’aventura del Canal es venguda realitat.

    Riquet tombèt malaut, puèi se requinquilhèt, aprèp una letra de Colbèrt ont li parla d’amistat, de servici al Rei, de sa granda entrepresa. Tot aquò aprèp un estiu de secada duradissa que P.P.Riquet n’aviá pas de remèdi.

    Alara una novèla dificultat del costat de Colombièr dins Erau arribèt : Lo puèg d’Enseruna barra lo passatge e sembla malaisit a traucar. Lo trabalh es arrestat que sabon pas cossí far. Contornejar lo puèg ? Traversar l’estanh de Vendres puèi seguir lo litoral dusca a l’estanh del Taur fins a Sèta ?

    Riquet, aprèp aver soscat e evaluat los risques, va decidir : lo canal passarà jol puèg.

Pr’aquò, per la montanha d’Enseruna, a sosestimat la dificultat, mas cossí, sens cap de maquina, conéisser la natura precisa del sossòl ? La Montanha de tuf sablonós se daissa pas traucar. Cada matin, dempuèi un quinzenat, es lo meteis espectacle : la vòuta esboçada amb pena la velha s’es engrunada dins la nuòch. Cal descombrar, e tornar començar jorn aprèp jorn.

    Los obrièrs son descorats : «  N’avèm un sadol d’aquela sabla. Cal cambiar de rota ! ». Pèire los exòrta de se pas descoratjar : « Subretot corratz pas ! fotjatz doçamenton ! ». Avançan un pauc, las femnas mai leugièras s’engulhan, cap al fons, per emplenar las banastas e las voidan sus lo baiards*1 que los òmes carrejan defòra. E qualques oras mai tard, dins la serada, es lo drama, la vòuta s’afondra. Un primièr còs es desencombrat, nafrat, mas viu. Malurosament dos òmes e una femna son sebelits e i aurà un desenat de nafrats.

    Una tropelada d’obrièrs, coma de lops, armats de rabassièrs, de dalhas, de riblets, de bastons, cridan : « A mòrt ! Assassin ! ».

    Riquet vòl pas renonciar. Va utizar tota sa fòrça de persuasion per convéncer los obrièrs de tornar prene lo trabalh, amb la promessa de doblar la paga d’aquí que lo Malpàs siá trespassat… Una letra de Colbèrt, avisat de l’accident, li comanda d’abandonar l’obrador e l’informa que dins sièis jorns los comissaris del Rei arribaràn per verificar. «Abandonar ! jamai ! seriá contrari al bon sens ! Avèm sièis jorns davant nosautres. Dins sièis jorns lo Malpàs serà trepassat, prendrem coneissença del comandament aprèp la victòria ».

    Caliá èstre «conflat » per ausar afrontar las decisions del ministre ! Sulcòp las còlas son dobladas sul obrador per que lo trabalh arrèste pas e, se i a volontaris, pagas en consequéncia, se poiriá trabalhar de nuòch. Los volontaris de nuòch, n’i aguèt tot un fum, pas solament per la paga fabulosa, mas encara per la pausa de tres oras del matin ont se degustava salsissòt, pastís, pan blanc e vin a bodre.

    Se fòtja, se descombra, se sosten, se maçona a la seguida, e lo tunèl s’estira. A punta d’alba del seisen jorn lo Malpàs es vencit e prèst a aculhir los mandadors del Rei. Riquet a tot organizat, tot ajustat per la recepcion. Per l’esclairatge i aurà de flambèls d’en pertot e puèi una suspresa : una orquèstra al mitan de la galariá. Lo seisen jorn, los comissaris del rei, acompanhats de l’intendent de Lengadòc Enric d’Aguesseau, arriban per far lor inspeccion. S’assètan amb Pau Riquet dins una pichòta beta*2 qu’una còla d’obrièrs tiraràn tanlèu que l’orquèstra començarà son aubada, e arriban, tot estonats d’aquela passejada en musica, de l’autre costat del tunèl. «Car Sénher, tot aquò èra fòrt agradiu, mas ont es lo Malpàs ? » demanda un comissari. E Riquet de respondre : «  Se vos plai, anatz dire a sa Majestat que venètz d’o trespassar valentament en ma companhiá ! ».

    Lo trionf es complet e lo raconte que ne’n faguèron va renovelar la fisança de Colbèrt que escriu a d’Aguesseau governador de la provincia : « Comme cet ouvrage sera sans doute un des plus grands du règne et des plus avantageux au public, je vous prie de donner toujours vos soins et votre application à le faire avancer avec diligence et une solidité qui soit d’éternelle durée ».

    Lo « Malpàs », long de 165 mètres e larg de 8 mètres, serà lo primièr sosterranh jamai utilizat per la navigacion...

    Riquet es un òme fòrça vièlh, a 70 ans. Un seriós problèma tecnic l’espèra en arribar a Besièrs. La davalada cap a Òrb, un desnivèl de 21,5 mètres sus 300 mètres de long. La dificultat es tan granda que los ingeniors, dempuèi setmanas an pas trapat gessa solucion. E mai, avián pensat contornejar Besièrs, çò que Riquet refusa energicament.

    Mas Riquet es plan malaut. Son filh Joan Matias menarà las òbras. Pau Riquet veirà pas jamai son canal acabat. Lo 1èr d’octobre de 1680, Joan Matias li ven anonciar que lo canal a gaireben traversat l’estanh de Taur. Manca pas qu’una lèga. Mas el, ausís pas pus res, es partit a la font de la Grava… A 71 ans.

 

    Los dijòus de mai de 1681, mens de 8 meses aprèp la mòrt de Pau Riquet, comença la navigacion solemna sul canal amb l’arribada de la barca inaugurala lo 24 de mai a Besièrs.

 

           Jaume d'Aloton                                                          D’aprèp  Monica BELLEGARDE

                                                                                                 ( 1er prix mesclum, 2016 )

 

 

 

*1 baiard : brancard, civière.

*2 beta : barque à fond plat, gabarre.

LE MALPAS

LE MALPAS

Le canal du Midi : Pierre-Paul RIQUET

 

LE MALPAS

 

 

 

 

    Le canal du Midi est classé depuis 1996 au Patrimoine Mondial de L’UNESCO. Son créateur est Pierre-Paul RIQUET, baron de Bonrepos.

    P.P.Riquet fut autorisé en mai 1665 à creuser un premier canal d’essai. Il s’agit de vérifier si l’on peut mener suffisamment d’eau à Naurouze. Riquet, sûr de sa réussite, propose à Colbert, ministre de Louis XIV, de payer avec son argent, un peu pour rassurer le ministre, mais aussi pour pouvoir demander des biens et des honneurs pour sa famille.

    En octobre 1666, P.P.Riquet est autorisé, par un édit de Louis XIV, à établir « Le Canal Royal de communication des Deux Mers ».

    Le 19 mai 1668, la première écluse est inaugurée à Toulouse.

    Une petite galère venue de Bordeaux prend P.Riquet, sa famille et les personnalités présentes, et vont de Toulouse à Naurouze. L’aventure du canal est devenue réalité.

    Riquet tomba malade, puis se rétablit après une lettre de Colbert où il lui parle d’amitié, de service au Roi, de sa grande entreprise. Tout cela après un été de grande sécheresse contre lequel P.P.Riquet n’avait pas de solution.

    Alors une nouvelle difficulté se présenta du côté de Colombier dans l’Hérault. La colline d’Enserune barre le passage et semble difficile à percer. On ne sait pas quoi faire et le travail est arrêté. Contourner la colline ? Traverser l’étang de Vendres puis suivre le littoral jusqu’à l’étang de Thau puis Sète ?

    Riquet, après avoir réfléchi et évalué les risques, va décider : le canal passera sous la colline.

    Pourtant, il a sous-estimé la difficulté pour la montagne d’Enserune, comment connaître la nature précise du sous-sol sans aucune machine ?

    La montagne de tuf sablonneux ne se laisse pas percer. Depuis une quinzaine, chaque matin c’est le même spectacle : la voûte  ébauchée avec peine la veille s’est écroulée dans la nuit. Il faut déblayer et recommencer jour après jour.

    Les ouvriers sont découragés. « Il y en a marre de ce sable. Il faut changer de parcours ! » Pierre les exhorte à ne pas se décourager : « Surtout n’allez pas trop vite, piochez tout doucement ! ». Ils avancent un peu, les femmes, plus légères, pénètrent vers le fond pour remplir les corbeilles et les vident sur les brancards que les hommes emportent dehors. Et quelques heures plus tard, dans la soirée, c’est le drame, la voûte s’effondre. Un premier corps est dégagé, blessé, mais vivant. Malheureusement deux hommes et une femme sont ensevelis et il y aura une dizaine de blessés.

    Une cohue d’ouvriers, comme des loups, armés de houes, de faux, de broches , de bâtons, crient : « A mort ! Assassin ! ».

    Riquet ne veut pas renoncer. Il va utiliser toute sa force de persuasion pour convaincre les ouvriers de reprendre le travail, avec la promesse de doubler la paye jusqu’à ce que le Malpas soit creusé…

    Une lettre de Colbert, prévenu de l’accident, lui ordonne d’abandonner l’ouvrage et l’informe que dans six jours les commissaires du Roi arriveront pour vérifier. « Abandonner, jamais ! ce serait contraire au bon sens ! Nous avons six jours devant nous. Dans six jours le Malpas sera creusé, nous prendrons connaissance de l’ordre après la victoire ».

    Il fallait être «gonflé » pour oser ne pas tenir compte des décisions du ministre ! Aussitôt les équipes sont doublées sur le chantier pour que le travail ne s’arrête pas, et , s’il y a des volontaires, payés en conséquence, on pourrait travailler de nuit. Les volontaires de nuit ne manquèrent pas, pas seulement pour la paye fabuleuse, mais aussi pour la pause de trois heures du matin où se dégustaient saucisson, gâteaux, pain blanc et vin à foison .

    On pioche, on évacue, on étaye, on maçonne à la suite, et le tunnel s’allonge. A l’aube du sixième jour le Malpas est vaincu et prêt à accueillir les envoyés du Roi. Riquet a tout organisé, tout réglé pour la réception. Pour l’éclairage il y aura des torches partout et puis une surprise : un orchestre au milieu de la galerie. Le sixième jour, les commissaires du Roi, accompagnés de l’intendant du Languedoc Henri d’Aguesseau, arrivent pour faire leur inspection. Ils s’assoient avec Paul Riquet dans une petite gabarre*1 qu’une équipe d’ouvriers tirera pendant que l’orchestre commencera son aubade, et ils arrivent tout étonnés de cette balade en musique de l’autre côté du tunnel. «  Cher Monsieur, tout cela était fort agréable, mais où est le Malpas ? » demande un commissaire. Et Riquet de répondre : « S’il vous plaît, allez dire à sa Majesté que vous venez de le traverser vaillamment en ma compagnie ! ».

    Le triomphe est complet et le récit qu’ils en firent va renouveler la confiance de Colbert qui écrit à d’Aguesseau, gouverneur de la province : «  Comme cet ouvrage sera sans doute un des plus grands du règne et des plus avantageux pour le public, je vous prie de donner toujours vos soins et votre application à le faire avancer avec diligence et une solidité qui soient d’éternelle durée ».

     Le « Malpas », long de 165 mètres et large de 8, sera le premier souterrain jamais utilisé pour la navigation.

    Riquet est un vieil homme, il a 70 ans. Un sérieux problème technique l’attend en arrivant à Béziers. La descente vers l’Orb, un dénivelé de 21,50 mètres sur 300 mètres de long. La difficulté est si grande que les ingénieurs depuis des semaines n’ont pas trouvé de solution. Ils avaient même pensé contourner Béziers, ce que Riquet refuse énergiquement.

   Mais Riquet est bien malade. Son fils Jean-Mathieu dirigera les travaux. Paul Riquet ne verra jamais son canal terminé. Le 1er octobre 1680, Jean-Mathieu vient lui annoncer que le canal a presque traversé l’étang de Thau. Il ne manque plus qu’une lieue. Mais lui n’entend plus rien, il est mort à la source de la Grave…il a 71 ans.

    Le jeudi 15 mai 1681, moins de 8 mois après la mort de Paul Riquet, commence la navigation solennelle sur le canal avec l’arrivée de la barque inaugurale le 24 mai à Béziers.

 

 

 

                Jacques d'Octon                                               D’après Monique BELLEGARDE

                                                                                            1erprix Mesclum 2016

 

 

*1  Gabarre : embarcation à fond plat

CLAMENS a LODÈVA lo 17 de febrièr 2017

CLAMENS a LODÈVA lo 17 de febrièr 2017

Lo cercle occitan del Lodevés aviá programat una serada amb l'umorista occitan 

 "CLAMENÇ" O Marches du PALAIS.

 Coma ten d'o precisar, l'artista parla pas del passat que la nòstre lenga es actualament plan

 viventa. Per lo sieu espectacle, " Clics d'òc ", s'empara d'eveniments màgers de las darrièras

 annadas : atemptats, migrants, Còp 21, la region novèla, lo lop, las 35 oras, las eleccions,

 Daesch…

 Per s'informar, l'umorista clica sus tot : tableta, ordinator, portable, smartphone…

 Dins una polida lenga nòstra que lo public nombrós aprecièt fòrça , molina l'ensemble d'un

 biais umoristic, amusant, ironic,

 Aplaudiments nombroses acabèron la serada.

 

coralament

 

Marisa Leduc, Cercle occitan del Lodevés

 

                                                _______________

 

Le cercle occitan du Lodévois avait programmé une soirée avec l'humoriste occitan  "Clamenç" Ô Marches du PALAIS .

Comme il aime à le préciser , l'artiste ne parle pas du passé car la langue occitane est bien vivante actuellement . Pour son spectacle ,"Clics d'oc", il s'appuie sur les événements majeurs des dernières années : attentats , migrants ,Cop 21 ,la nouvelle région ,le loup , les 35 heures ,les élections, Daesch ...

Pour se renseigner , l'humoriste clique sur tout : tablette ,ordinateur ,portable ,smartphone ...

Il mouline le tout de manière humoristique , amusante, ironique , dans une belle langue occitane que le public ,venu en nombre , a bien appréciée  . Les nombreux applaudissements ont clôturé la soirée .

 

Cordialement ,

Maryse LEDUC ,Cercle Occitan du Lodévois

FOTÒS CLAMENS


CLAMENS a LODEVE le vendredi 17 février

CLAMENS a LODEVE le vendredi 17 février

CLAMENS aux "MARCHES du PALAIS"

 

CAFÉ OCCITAN lo 1 de febrièr 2017 a GINHAC

CAFÉ OCCITAN lo 1 de febrièr 2017 a GINHAC

 

Pas qu'al nom de Felip MARTEL, universitari a " Paul VALERY ", los fidèls, e èrem nombrós a nos amassar a la calandreta de Ginhac convidats per lo Cercle Max Roqueta, son estat recebuts plan amistosament per Felip Jouillet per escotar la conferéncia suls Catars.

Mas per l'ausir, segon la costuma nòstra, davant de noirir l'esperit, calguèt noirir lo còs, sens oblidar de l'aiguejar amb " lo vin bon " del païs nòstre, faisent fi d'aquela doctrina, dels Òmes Bons e las Femnas Bonas, de " puristas ", los Perfaches, que refusavan tot çò de la Gleisa de Ròma, son dògma e sas riquesas, eles que disián que l'infèrn existís pas, que lors ostals èran dobèrts a totes los paures, los malautes, res èra impausat, de monde amistoses per totes, virats cap a l'ensenhament de la paraula crestiana de rasic, d'ascestas pacifistas.

Los catars en rauba de bura son facia als avesques ufanoses e manents. A la debuta del segle XIII lo papa Innocent III encusa Raimond VI son enemic, lo comte de Tolosa, de los assostar e fa fleissar lo rei de França, Felip Agosta, que decidís de la crosada contra aqueles eretges. Mas la rason primièra es de s'apropriar las tèrras e las riquesas dels barons occitans e es aital qu'un còp la tèrra occitana desfacha, en tres ans, los cavalièrs francimands batalhièrs envasiguèron lo nòstre Miègjorn.

 ALINA "coma se ditz a Lodèva"

                                                     _________________

 

Rien qu'au nom de Philippe Martel, universitaire à " Paul  VALERY ", les fidèles, et nous étions nombreux, invités par le cercle Max Rouquette, ont été reçus très amicalement par Philippe Jouillet  à la calandrette de Gignac pour écouter la conférence sur les Cathares.

 Et pour l'entendre, selon nos habitudes, il fallut nourrir le corps, sans oublier de l'arroser avec le " bon vin " de notre pays, faisant fi de la doctrine des BONS  HOMMES et des BONNES FEMMES, des purs, les PARFAITS, qui récusaient l'Église de Rome, son dogme et ses richesses, eux qui disaient que l'enfer n'existe pas, que rien n'était imposé, dont le logis était ouvert à tous les pauvres, tous les malades, des gens prônant l'amitié pour tous, des  ascètes pacifiques tournés vers l'enseignement d'origine de la parole chrétienne.

Les Cathares en robe de bure sont face aux évêques orgueilleux et riches. Au début du XIIIème siècle, le pape Innocent III accuse son ennemi Raymond VI, le comte de Toulouse, de les protéger et fait céder le roi de France, Philippe Auguste, qui décide de la croisade contre ces hérétiques. Mais la véritable raison est de s’approprier les terres et les richesses des barons occitans et c'est ainsi qu'une fois la terre occitane défaite, en trois ans, les cavaliers français batailleurs envahirent notre Midi.

ALINE "comme on dit à Lodève ".

 

FOTÒS de GINHAC


Patricia PALLIER nos parla de l'estiva dins un masuc dins Aubrac pendent 142 jorns.( Cafè occitan a GINHAC)

Patricia PALLIER nos parla de l'estiva dins un masuc dins Aubrac pendent 142 jorns.( Cafè occitan a GINHAC)

 

 

E un còp de mai nos sèm acampats amb los de San Guilhèm, de Nhana, fin finala los fidèls,  per escotar Patricia nos parlar de l’estiva dins un masuc dins Aubrac  pendent 142 jorns.

Mas abans sabètz coma son los occitans, ….De beure, n’en cal totjorn e los òmes nòstres sabon causir,  e de manjar n’en parlèm pas. I aviá de salat, de sucrat, las fruchas de sason, las castanhas, tot un fum de bonas causas, fachas….. é ben,  per las femnas….

Alavètz  los del país bassól foguèron tot ausida.

Aubrac, per nautres es la montanha e suls pasturals verds en estiu, a la prima, jauna de las calhòlas, e, frech, nevós, ventós l’ivèrn quand bufa la sisampa, lo país de las vacas rosselas e banudas, lo país de la forma, de l’aligòt e del  cotèl de Laguiòla.

 

Mas descobriguèrem qu’èra pas solament aquò. Èran los monges al sègle XII que desbosiguèron la terra e, a la debuta del segle XIX, que commencèt l’estiva  dins de  montanhas qu’èran la proprietat de coarros (patrons) rics, ont èra bastit lo masuc de pèira. Per la montada a l’estiva lo 25 de mai los proprietaris rics acompanhavan  la vacada encampanada , e los òmes fasián ressondir l’aüc que s’entend encara quand dançan la borrèia. Los montanhièrs i demoraràn tot l’estiu  amb los tropèls.  Ne davalaràn pas que lo 13 d’octobre .

I aviá una ierarquiá  per aqueles montanhièrs que se logavan :

en primièr, lo cantalés, el que causís sa còla, qu’es, lo respondor del  tropèl, de la fabricacion del formatge, de la paga dels autres emplegats, e, el sol se colca  al canto del  fuòc, a pesens, dins aquèla sala onte se fan las formas .

En segond, lo pastre que fa  apasturar e beure la vacada dins la montanha.

En tres, lo vedelièr qu’es sovent un jovent que pren suènh de  los vedels, aluca  lo fuòc etc…

En quatre, lo rol que de còps a  just 9 ans, es lo dròlle per faire tot, e, los del masuc son sovent de tenardièrs  per aquel pichon .

Era una vida mai ruda : se levar a primalba per la primièra molza, se colcar a la dètz oras del ser aprèp la seconda molza, dins la palha sus la trava.

Patricia nos contèt tanben fòrças anecdòtas que se pòt tornar trapar dins son libre, escrich amb Pau Fournier qu’es un montahier vertadièr.

 

ALINA (coma se ditz a Lodèva)

          especialista de l'accent vertical.(brevet depausat)

                                                  -------------------------------

 

Et une fois de plus nous nous sommes rassemblés avec ceux de Saint-Guilhem, d'Aniane, bref les fidèles, pour écouter Patricia PALLIER nous parler de L'estive dans un masuc sur l'Aubrac pendant 142 jours.

Mais vous savez comme sont les occitans... Avant il faut toujours boire et nos hommes savent choisir, et manger n'en parlons pas. Il y avait du salé, du sucré, des fruits de saison, des châtaignes, tout un tas de bonnes choses, préparées...ben voyons...par les femmes...

Alors les gens du bas pays furent toute ouïe.

L'Aubrac pour nous c'est la montagne et des pâturages verts en été, au printemps, jaunis de jonquilles, et froid, neigeux, venteux l'hiver quand souffle la bise, le pays des vaches rousses et cornues, le pays de la fourme, de l'aligot et du couteau de Laguiole.

Mais nous découvrîmes que ce n'était pas que çà. Ce sont les moines au XIIéme siècle qui défrichèrent la terre, et au début du XIXéme que commença l'estive dans des pâturages qui étaient la propriété de patrons riches où était bâti le masuc de pierre. Pour la transhumance à l'estive le 25 mai les riches propriétaires accompagnaient le troupeau carillonnant , et les hommes faisaient résonner le ululement qui s'entend encore quand ils dansent la bourrée. Les montanhièrs y resteront tout l'été avec les troupeaux.

Ils n'en descendront que le 13 octobre.

Il y avait une hiérarchie pour ces montanhièrs qui se louaient:

D'abord ,le cantalès, c'est lui qui choisit son équipe, il est le responsable du troupeau, de la fabrication du fromage, de la paye des autres employés et lui seul se couche au coin du feu, à même le sol, dans cette salle où se font les fourmes.

Ensuite, le berger qui fait pâturer et boire le troupeau dans le pâturage.

Après, le gardien qui est souvent un jeune qui prend soin des veaux, allume le feu etc...

Enfin, le rol, qui parfois a juste 9 ans, c'est le petit à tout faire, et ceux du masuc sont souvent des ténardiers  pour ce petit.

C'était une vie particulièrement rude: se lever à l'aube pour la première traite, se coucher à dix heures du soir après la seconde, dans la paille dans le grenier.

Patricia nous a aussi raconté beaucoup d'anecdotes que l'on peut retrouver dans son livre, ècrit avec Paul FOURNIER qui est un véritable montanhièr.

 

ALINE (comme on dit à Lodève)

         Spécialiste de l'accent vertical (marque déposée)

 

 

Télécharger le fichier (98.37 Ko)

Ginhac lo 26 de octobre


PASSEJADA DE LAS SOPAS 2016

PASSEJADA DE LAS SOPAS 2016

           

 

 PASSEJADA DE LAS SOPAS LO 2 D'OCTÒBRE 2016

 

Dimenge lo dos d’octòbre èrem mai de 120 per partir del Cailar e mai encara en arribar al pòrt de la Covertoirada.

Plens d’enavant qu’aviam ja manjat la primièra sopa – mas pas la sopa de las Mametas- cosinejada per Domenja amb pomas, limones, cebas…

Lèu endralhats, musica en tèsta, encara que una ramada los perseguisca, los passejaires se pausèron pus luènh per escotar de contes de Malika Verlaguet e de Josèp lo Sauta Ròc de Sant Guilhèm.

Lo bèl temps revengut, arribèron a la Covertoirada dau miègjorn. Aquí los fug-l’òbra s’amassèron amb los passejaires sul prat ras de la lavanha per tastar  la sopa al mèlsat de las Mametas de Lodèva, en musica amb los « Musicaires del Castèl ». Per far la digestion, faguèrem la visita del vilatge e de la glèisa per far petar lo « Se Canta ».

Pasmens cal prene lo camin del retorn. Ara lo solelh que nos acompanha fa pas pus « coco babau » e caufa !

Una pausa dins la cròta de la Bauma, Malika conta una istòria de la Loba…e mai luènh es Josèp que conta de rencontres sul Larzac e la Serana.

La sopa a la cogorda, servida per « Larzac Vilatge d’Europe » los esperava a la Sala de las Fèstas. Los mai valents, encara, dancèron al son dels « Musicaires del Castèl ».

 

A l’an que ven amb lo meteis estrambòrd !

 

Maria-louisa, Odila, Jaume et Joan

                                                   _______________

           

           RANDONNÉE DES SOUPES LE 2 OCTOBRE 2016

 

Le dimanche 2 octobre nous étions plus de cent-vingt au départ du Caylar et encore plus en arrivant au port de la Couvertoirade.

Pleins d'entrain après avoir mangé la première soupe- mais pas celle des Mamettes- cuisinée par Dominique avec des pommes, des citrons, des oignons...

Vite en route, de la musique plein la tête, bien qu'une ondée les poursuive, les randonneurs s’arrêtèrent plus loin pour écouter les contes de Malika Verlaguet et de Joseph le "Sauta Ròc" de Saint Guilhem.

Le beau temps revenu, ils arrivèrent à la Couvertoirade à la mi-journée. Là les paresseux se sont joints aux randonneurs sur le pré à coté de la lavagne pour déguster la soupe au melsat des Mamettes de Lodève en compagnie des musiciens les "Musicaires del Castel". Pour digérer nous fîmes la visite du village et de l'église en faisant éclater un "Se Canta".

Pourtant il faut prendre le chemin du retour. Maintenant le soleil qui nous accompagne ne fait plus "coco babau" et chauffe!

Une pause dans la grotte de la Baume, Malika raconte une histoire de Louve...et plus loin c'est Joseph qui nous parle de rencontres sur le Larzac et la Séranne.

La soupe au potiron, servie par l'association "Larzac Village d'Europe"les attendait à la salle des fêtes. Les plus courageux, encore dansèrent au son des "Musicaires del Castel".

 

À l'année prochaine avec le même enthousiasme!

 

Marie-louise, Odile, Jacques et jean

 

 

 

PASSEJADA 2016


CAFÉ OCCITAN lo 28 de SETEMBRE de GINHAC: Los animals totemics de la region amb CLAUDI ALRANQ

"Aprèp los corses d'occitan del dimècres 28/09/2016,los del Cercle
Occitan del Lodevés,sèm anats a l'Escòla Calandreta de Ginhac,aculhits
per Felip Jolié,regent d'aquela escòla.

Sèm arribats cap a las 7 oras del vèspre,amb de mangisclas saladas o
sucrada per partejar lo manjar,totes ensem,sens oblidar qualques
flascons de vin per se refrescar lo gargalhòl!

 Claudi Alranq a manjat amb nosautres,abans sa conferéncia sus los
animals totemics.


Aprèp sopar donc,l'òme de teatre e escrivan nos a parlat pendent un
brave moment d'aquelas bèstias:de l'ase de Ginhac o del de Bessan, del
polin de Pesenàs,del buòu de Mesa, del camèl de

Besièrs del peis de Nisàs, de l'eiriç e del cabal d'endacòm mai...Lo
Claudi a comentat d'imatges presas dins mai d'una fèsta.

Aquelas bèstias serián sortidas d'un passat pas gaire definit per se
multiplicar a l'infinit dels sègles.Claudi diguèt que i a agut de
periòds ont aquelas bèstias èran consideradas coma diabolicas amai anti
clericalas.

Dins nòstra region,existís 60 bèstias totemicas que 85% son la
reproduccion de la realitat, 6% de mitologia e 9% d'ibrids;aquelas
bèstias pòrtan en elas finalitats eticas: aita l29%an causas
politico-istoricas,12% causas religiosas e 14% son galejadas vertadièras.

La conferéncia s'es acabada per de questions del public per completar
los imatges vistes o per demandar qual èra l'animal totemic de tal o tal
vilatge o de tala vila." 

 

JAUME d'ALOTON

 

                                ----------------------------------------------------------------

 

Après le cour d'occitan du mercredi 28/09/2016, le Cercle Occitan du Lodévois est allé à la Calandrette de Gignac, accueilli par son directeur Philippe JOLIÉ.

Nous sommes arrivés vers 19 heures, avec des victuailles salées et sucrées pour partager le repas, tous ensemble, sans oublier quelques bouteilles de vin pour se rafraichir le gosier!

 

Claude ALRANC a mangé avec nous avant sa conférence sur les animaux totémiques.

Après le souper, donc, l'homme de théâtre et écrivain nous a parlé pendant un bon moment de ces bêtes : de l'âne de Gignac ou celui de Bessan, du poulain de Pézenas, du boeuf de Mèze, du chameau de Béziers, des poissons de Nizas, du hérisson et du cheval d'autres endroits...Claude a commenté des images prises dans les fêtes.

Ces bêtes seraient sorties d'un passé mal identifié pour se multiplier à l'infini au cours des siècles.Claude nous a dit qu'il y a eu des périodes où ces bêtes étaient considérées comme diaboliques et même anti-cléricales.

Dans notre région il existe 60 bêtes totémiques, 85% réelles, 6% mythologiques et 9% mixtes ; ces bêtes portent en elles des finalités éthiques : 29% ont des cause politico-historiques, 12% des causes religieuses et 14% sont de véritables plaisanteries.

La conférence s'est terminée par des questions du public sur les images vues ou pour demander quel était l'animal totémique de tel ou tel village ou de telle ville.

 

JACQUES d' OCTON.

 

CLAUDI ALRANC a GINHAC: qualques fotòs


PASSEJADA DE LAS SOPAS LE 2 OCTOBRE 2016

PASSEJADA DE LAS SOPAS LE 2 OCTOBRE 2016

6ème édition de la PASSEJADA DE LAS SOPAS

Un grand moment de convivialité que les habitués ne manqueraient pour rien au monde et qui permet aux autres de faire connaissance avec le CERCLE OCCITAN DU LODÈVOIS et le grand bonheur de la langue occitane.

SERADA del 28 de JUNH sul PLAN del LARZAC

SERADA del 28 de JUNH sul PLAN del LARZAC

 

 

 

Lo cercle occitan del Lodevés decidiguèt de festejar la fin de l'annada escolara 2015-2016 en s'amassar dins un luòc agradiu, sul Plan del Larzac, entre La Vacariá e Sant Maurici.

Los responsables de l'associacion causiguèron " El Rancho ", qu'es una mena de restaurant.

Nos trapèrem vint-e-tres personas, femnas e òmes dels corses en comptant lo nòstre professor d'occitan e sa " polida ".

Aprofechèrem de l'aire del luòc, a gratis, per charrar a l'entom de kirs vertadièrs o de kirs de farlabica !

...o de quicòm mai, per se refrescar, sens doblidar pas de desgaunhar las moninas, en manjant de cacauèts !

Lo repais foguèt dels bons amb de flòcs de cam de buòu del país, país ont i a gaireben pas pus d'anhèls o de fedas. Los vegetarians foguèron plan sevits ! Los autres se congostèron amb aquel repais, contunhat a la fresca, amb un cafè, una tisana, aprèp una brava " tisana de gabèl ", qu'èra biologica !

E tot aquò s'acabèt amb lo " Se Canta " e " La Cançon del Boièr ", en omenatge als darrièrs Catars.

( los paures els )

 

JAUME d'ALOTON

 

 

                                                -------------------------------------

 

Le Cercle Occitan du Lodèvois a décidé de de fêter la fin de l'année scolaire 2015-2016 en se réunissant dans un lieu agréable, sur le plateau du Larzac, entre La Vacquerie et Saint- Maurice.

Les responsables de l'association choisirent " El Rancho " une sorte de restaurant.

Nous nous retrouvâmes à 23, les écoliers hommes et femmes, notre professeur et sa dulcinée.

Nous profitâmes de l'ambiance du lieu, gratuite, pour bavarder autour de véritables ou de faux kirs !...ou d'autre chose pour se rafraichir, sans oublier d'imiter les guenons en mangeant des cacahouètes !

Le repas fut excellent avec de la viande de boeuf du pays, pays où il n'y a presque plus d'agneaux ou de brebis. Les végétariens furent bien servis ! Les autres se délectèrent de ce repas, poursuivi à la fraiche par un café, une tisane, après une bonne " tisana de gabèl " biologique.

Et tout ceci se termina par un " Se Canta " et " La chanson du Bouvier " en hommage aux derniers Cathares

( pauvres d'eux )

JACQUES d 'OCTON.

 

FÒTOS REPAIS LARZAC


FÈSTA A LAURÓS LO 22 de JUNH

FÈSTA  A LAURÓS LO 22 de JUNH

 

 

Lo grop occitan del Fogal Rural de Laurós e lo cercle occitan del Lodevés an festejat la fin de l'annada sus la plaça de la gleisa a Laurós.

La seccion d'occitan del Fogal Rural de Laurós aviá trabalhat dempuèi qualques meses jos la direccion de Leòna, amb l'ajuda d'Eric lo nòstre animator dels corses.

Totes los escolans an participat dins la lenga nòstra e an jogat, legit o cantat.

En primièr, " lo Rei Crudèl ", un conte de Florian Vernet jogat per 3 òmes del grop : lo Rei, lo Savent e lo Fòl.

Claudi nos a dich un poèma sul vin e la vinha.

Maria-Loïsa a presentat " Lo Curat de Cucunhan " que Leòna aviá mes en scèna. Òsca per Leòna !

Joan lo curat n'èra lo principal actor, Jaume èra Sant Pèire a la porta del Paradís, Odila l'àngel del Purgatòri de las alas polidas, sens doblidar Leòna lo diable banut a la porta de l'infèrn. Un pauc mai e tot lo mond rabinava vertadièrament...

Quatre femnas sus un banc ( Maria-loïsa, Pèireta, Leòna et Odila )an illustrat dichas e provèrbis d'un biais risolièr !

L'espectacle se podiá acabar pas qu'amb de cançons :" l'Estaca " de Lois Llach, revirada en occitan, "Bella Ciao" e lo " Se Canta " amb lo public tot !

Los de " Melsat " an assegurat l'animacion de la fin de la serada en fasent dançar los afogats de masurcà, de polcà de cercle circassian o de borrèias...

 

Maria-Loïsa e Jaume

 

 

 

                                                 --------------------------------------

 

Le groupe occitan du Foyer Rural de Lauroux et le cercle occitan du Lodèvois ont fêté la fin de l'année sur la place de l'église de Lauroux.

La section occitane du Foyer Rural de Lauroux avait travaillé depuis quelques mois sous la direction de Léone, avec l'aide d'Eric l'animateur des cours.

Tous les écoliers ont participé en jouant, lisant ou chantant dans la " lenga nòstra ".

D'abord," le Roi Cruel ", un conte de Florian Vernet joué par trois hommes du groupe ; le Roi, le Savant et le Fou.

Puis Claude nous a lu un poème sur le vin et la vigne.

Marie-Louise a présenté " Le Curé de Cucugnan " que Léone avait mis en scène. Bravo Léone !

Jean le curé en était l'acteur principal, Jacques était Saint-Pierre à la porte du Paradis, Odile l'ange du Purgatoire aux belles ailes, sans oublier Léone le diable cornu à la porte de l'Enfer. Un peu plus et tout le monde brulait réellement...

Quatre femmes sur un banc ( Marie-louise, Pierrette, Léone et Odile ) ont illustré dictons et proverbes d'une façon amusante.

Le spectacle ne pouvait se terminer qu'en chansons : "l' Estaque " de Louis Liach, traduite en occitan, " Bella Ciao " et le " Se Canta " avec tout le public !

Le groupe " Melsat " a assuré l'animation de la fin de la soirée en faisant danser les passionnés de masurca, de polkas ou de bourrées...

 

Marie-Louise et Jacques

 

FÈSTA A LAURÓS FÒTOS


La Mal Coiffée à La Vacquerie le 22 mai

La Mal Coiffée à La Vacquerie le 22 mai

 

Lo dimenge 22 de mai los del Cercle Occitan del Lodevés èran "mobilizats" per far un acuèlh dels bons dins l'encastre de "LAS SASONS DEL LODEVÉS E LARZAC" a las cantairas del grop femenin que se sona en francés "La Mal Coiffée", es de dire "La Mal Cofada" o "La Mal Penchenada".

La comuna de La Vacariá prestèt la sala de la Granja ont se sarrèron mai de 150 espectators, dins un ambient caloròs ! Las 4 cantarais, plan ajudadas pels 2 tecnicians nos an fach passar una plan agradiva serada.

Los del Cercle Occitan avián plan alestida la Sala per aculhir un public vengut d'en per aquí mas de luènh tanben !

Avèm pogut participar de còps en tustant dins las mans per acompanhar las percussions d'aquelas femnas, plenas d'estrambòrd comunicatiu e de jòia naturala !

 

Jaume d'Aloton

 

                                     -----------------------------------------

 

Le dimanche 22 mai, le Cercle Occitan du Lodèvois était mobilisé pour faire le meilleur accueil, dans le cadre des "SAISONS DE LODÈVE ET DU LARZAC", au groupe féminin qui s'appelle en français " La Mal Coiffée", c'est à dire "La Mal Cofada" ou "La Mal Penchenada".

La commune de La Vacquerie avait prêté la salle de la Grange où se rassemblèrent plus de 150 spectateurs dans une ambiance chaleureuse ! Les 4 chanteuses, bien secondées par 2 techniciens, nous ont fait passer une bien agréable soirée.

Le Cercle Occitan avait bien préparé la salle pour accueillir un public du coin mais aussi venu de loin !

Nous avons pu participer en claquant dans les mains pour accompagner les percussions des artistes, pleines d'enthousiasme communicatif et de joie naturelle !

 

Jacques d'Octon

 

 

La Mal Coiffée à La Vacquerie le 22 mai


La CUVERTOIRADA lo 1er de mai

La CUVERTOIRADA lo 1er de mai

 

 

Polit mes de mai, es lo jorn que los de Lodèva causiguèron de convidar los del cercle Max Roqueta e los de Juvinhac per se passajar a la Cuvertoirada. Mas totas las mascas del Larzac corroçadas de se pas poder dintrar dins las chiminièras, que lo monde i an pausat de pèiras ponchudas per que " se piquèsson lo cuol ", faguèron bufar una tramontana bauja e davalar lo termomètre a 3°.

Urosament, totes vestits coma de podaires, nos embarrèrem en primièr, dins la sala de las fèstas de la comuna, que la municipalitat metèt graciosament a la nòstra disposicion.

Pèire Còstes, lo nòstre conferencièr, vengut " especialament del Cailar ", debutèt la visita per qualques recòrds umoristics e poetics d'istòria geologica, geografia e istorica, per se brembar que l'aiga d'en naut, demòra pas sul Larzac.

Aladonc, los òmes aguèron l'engenh per la conservar, d'en primièr, d'utilizar lo " ròc de la cistèrna ", las pèiras plantadas dins las parets dels ostals e d'aiguièras per faire davalar en bas del vilatge l'aiga de pluèja dins la " lavanha ".

Cap a 1120, foguèron los " Templièrs ", los monges soldats, los economistas d'aquel temps, que faguèron a l'entorn del castèl, bastit sus aquel ròc, la prosperitat del vilatge onte òmes e bèstias s'aprofechavan de las tèrras cultivadas, duscas a 1312 que lo rei Felip-lo-Bèl s'aproprièsse de lors riquesas.

Los " Espitalièrs " al servici dels pelegrins, dels paures, dels malauts prenguèron la seguida en mitan del sègle XIV, bastiguèron las doas torres de la dintrada, las muralhas, onte los monges bailavan d'aiga per un trauc dins la paret, als romieus, als leproses...que se sona, " lo don de l'aiga ", la glèisa, onte ensems faguèrem ressondir de tot lo còr nòstre, lo " se canta ".

La talent e lo freg nos faguèron tornar dintrar. Un apetissadís dobriguèt lo repais compausat d'un fum de salat e sucrat que los organizators e los convidats portèron sens oblidar lo beure de las vinhas del país bas.

Aprèp un bon cafè, la musicaira faguèt cantar e dançar tota aquela còla e Domenge, coma totjorn, nos contèt qualques " asenadas ".

Foguèt una jornada de las bonas e nos prometèrem de se recampar per " la passejada de las sopas " e aqueste còp amb un solelh polit.

 

ALINA  " coma se ditz a Lodèva "de Lodèva.

 

                                                    ~~~~~~~~~~~~

 Joli mois de mai, c'est le jour que ceux de Lodève ont choisi pour inviter ceux du cercle Max Rouquette e ceux de Juvignac pour se promener à La Couvertoirade. Mais toutes les sorcières du Larzac, courroucées de ne pas pouvoir entrer dans les cheminées, car on y avait posé des pierres pointues pour qu'elles se " piquent le cul ", firent souffler une tramontane de folie et descendre le thermomètre à 3°.

Heureusement, tous vêtus comme des tailleurs de vigne, nous nous enfermâmes d'abord dans la salle des fêtes de la commune, que la municipalité mit gracieusement à notre disposition.

Pierre COSTES, notre guide, " venu spécialement du Caylar " commença la visite par quelques notions humoristiques et poétiques historiques, géologiques et géographiques pour rappeler que l'eau tombée du ciel ne reste pas sur le Larzac.

C'est pourquoi les hommes eurent d'abord le génie pour la conserver d'utiliser " le rocher de la citerne ", des pierres plantées dans les murs des maisons et des caniveaux pour faire descendre en bas du village l'eau de pluie dans la mare.

Vers 1120, les " Templiers ", moines soldats, économistes de l'époque, firent la prospérité du village autour du château bâti sur le rocher où les hommes et les animaux profitèrent des terres cultivées, jusqu'en 1312 où le roi Philippe le Bel s'appropria leurs richesses.

Les " Hospitaliers " au service des pèlerins, des pauvres et des malades prirent la suite au milieu du XIVème siècle, en bâtissant les deux tours de l'entrée, les murailles, où les moines donnaient de l'eau par un trou dans le mur aux pèlerins, aux lépreux...appelé " le don de l'eau " et l'église dans laquelle nous fîmes retentir tous ensemble de tout notre cœur le " Se Canta ".

La faim et le froid nous fîmes rentrer. Un apéritif ouvrit le repas composé de salé et de sucré à foison que les organisateurs et les convives ont apporté sans oublier le breuvage des vignes du bas pays.

Après un bon café, la musicienne fit chanter et danser toute cette troupe et Domenge, comme d'habitude, nous raconta quelques galéjades (âneries...)

Ce fut une bonne journée et l'on se promit de se retrouver pour la " Balade des soupes " et cette fois avec un beau soleil.

 

ALINE "  comme on dit à Lodève " de Lodève

 

 

 

 

 

                                                  

 

 

 

Télécharger le fichier (471.89 Ko)

La CUVERTOIRADA lo 1er de mai...


SERADA A LODEVA AMB LO DUÒ FAGES-LHUBAC

SERADA A LODEVA AMB LO DUÒ FAGES-LHUBAC

Lo divendres 26 de febrièr, lo Cercle Occitan del Lodevés e los Fogals Rurals organizavan una conferéncia musicala dins l'encastre dels Cafès d'educacion populara. Lo tèma èra "carnavals e rituals occitans."

Lo duò Fages-Lhubac nos an fach passar una serada plan agradiva en nos porgir cants e comentaris sus aqueles subjèctes. Nos an parlat entre autres dels animals totemics coma l'ase de Gignac, lo polin de Pesenàs, lo buòu de Mesa...amb d'images sus la tela nos presentant las fèstas.

I aguèt un cinquantenat de personas o d'enfants qu'an partipat a qualques exercisis !

A la fin de l'espectacle coma de costuma avèm begut e manjat un pauc en charrar.

Puèi los del Cercle sèm anats tastar lo coscós requist dels Artesans Semolièrs, amb lo duò de la serada.

JAUME F.

 

Le vendredi 26 février, le Cercle Occitan du Lodèvois et les Foyers Ruraux ont organisé une conférence musicale dans le cadre des Cafés d'éducation populaire. Le thème en était "carnavals et rituels occitans".

Le duo Fages-Lhubac nous a fait passer une soirée bien agréable en nous présentant des chants et des commentaires sur le sujet. Ils nous ont parlé entre autre des animaux totémiques comme l'âne de Gignac, le poulain de Pezénas, le taureau de Mèze...commentaires accompagnés d'images sur écran pour illustrer les fêtes.

Une cinquantaine d'adultes et d'enfants ont participé à quelques exercices !

A la fin du spectacle, nous avons comme d'habitude discuté en buvant et mangeant.

Puis ceux du Cercle Occitan sommes allés déguster l'excellent couscous des "Artisans Semouliers" accompagnés du duo de la soirée.

JACQUES F.

SERADA A LODÈVA AMB LO DUÒ FAGES-LHUBAC


SERADA A GINHAC amb FLORIAN VERNET lo Dimècres 27 de Genièr 2016

SERADA A GINHAC amb FLORIAN VERNET lo Dimècres 27 de Genièr 2016

 

Dimècres 27 de genièr, èrem convidats a la calandreta de Ginhac per un cafè descabestrat, es a dire un cafè Òc o filòc o encara un estanquet.

Segon la formula consacrada "venètz e portatz", los cercles de Juvinhac, de Niana, de Lodèva e autres amics occitanistas partagèrem, tot amassa, lo beure, lo manjar, lo sucrat, lo salat o lo pebrat...

En segonda partida de serada, un conviva de tria, Florian VERNET, faguèt una charradissa sus los rapòrts qu'an entretenguts dins lor istòria, e qu'entretenon encara a l'ora d'ara, las doas lengas, l'occitana e la francesa.

Florian VERNET foguèt director del sector occitan de l'universitat Pau VALERI de Montpelhièr : es afogat dels mots qu'aima de tracar dins lors passejadas dins lo temps e a travèrs las lengas. Emai es escrivan ; sos romans venon d'èstre reeditats per las edicions de l'IEO.

Nos parlèt de son trabalh de recèrca sus la preséncia de l'occitan dins l'etimologia del francés. Sortiguèt un diccionari "De l'Òc al Francés" que se pòt consultar per lo biais electronic sus lo siti "Occitanica". Nòstres diccionaris franceses, emai los mai famoses, emplegan de formuletas que permeton d'estalviar d'evocar la lenga occitana coma "mot provenent del francés regional".

Per exemple, lo mot francés "agrumes" ven del mot occitan "agrum" : grop de fruchas agras coma iranges, limons... Es emplegat al masculin singular mentre que lo mot francés es totjorn al feminin plural.

Atal Florian VERNET contunhèt a nos balhar fòrça mots qu'aguèrem la suspresa de ne descobrir l'origina occitana.

Sa sapiença e son umor capitèron de faire d'aquela serada una acampada plan interessanta per s'assabentar !

Marisa

 

Mercredi 27 janvier, nous étions invités à la calandrette de Gignac pour un café débridé, c'est à dire un café Occitan ou philo ou encore un estaminet.

Selon la formule consacrée " venez et apportez (auberge espagnole) ", les cercles de Juvignac, d'Aniane, de Lodève et autres amis occitanistes avons partagé tous ensemble

le boire, le manger, le sucré, le salé et le poivré..

En seconde partie de soirée, un invité de choix, Florian VERNET, a fait un exposé sur les rapports entretenus, et c'est toujours d'actualité, par les deux langues, l'Occitan et le Français durant leurs histoires respectives.

Florian VERNET a été responsable de la section Occitane à l'université Paul Valery de Montpellier : il est passionné par les mots qu'il aime traquer dans leurs parcours dans le temps à travers les langues. Il est de plus écrivain ; ses romans viennent d'être réédités par les éditions de l'IEO (Institut d'Etudes Occitanes).

IL nous a parlé de ses recherches sur la présence de l'Occitan dans l'étymologie du français. Il a sorti un dictionnaire "de L'Oc al Francés" que l'on peut consulter électroniquement sur le site "Occitania". Nos dictionnaires de Français, même les plus fameux, se servent de petites formules qui permettent d'épargner d'évoquer la langue occitane comme "mot provenant du français régional"...

Par exemple, le mot français "agrumes" vient du mot occitan "agrum" : groupe de fruits acides comme les oranges, les citrons...Il est employé au masculin singulier alors que le mot français est toujours au féminin pluriel.

Florian VERNET continua a nous donner ainsi des mots dont nous découvrîmes avec surprise l'origine occitane.

Son érudition et son humour réussirent à faire de cette soirée une réunion très intéressante pour se cultiver !

Maryse

 

 

Imprimer Imprimer cet article

SERADA A GINHAC AMB FLORIAN VERNET


NADALENCA a LODEVA 18 decembre 2015

NADALENCA a LODEVA  18 decembre 2015

"Aguèrem rendètz-vos a las 7 oras del vèspre a "las Grasas del Palais"(Ô Marches du Palais), que son proprietari aviá prestada la sala d'en bas al Cercle Occitan, per la serada amb Nadalenca qu'es una corala de Montpelhièr, plan coneguda dins la region, amai endefòra.
 Del temps que los 25 coristas amb lor jove cap de còr se caufavan la votz, los del Cercle e sos convidats tastavan un coscós dels braves! (aprestat per la cosinièra del luòc). Lo vin qu'acompanhèt lo repais veniá de la proprietat de Bèla Font (=Belle Fontaine), comuna de Liuran-Cabrièiras) qu'un amic, Arvei Tabar, (occitanista dels Tega-Los de Clarmont).
A l'ora prevista nos assetèrem dins la sala, comola de mond, e los nadalets podián ressondir, dins aquel luòc que foguèt la capèla dels Penitents Blancs!
 Ausiguèrem un quinzenat de nadalets o de cants religioses tradicionals, dont un de Pesenàs, d'autres que las paraulas son de Joan Larzac, de Micolau Sabòli...
La serada se podiá pas acabar sens quicòm de caud e de sucrat!
  Nos diguèrem :"Al còp que ven!"
Jaume d'Aloton. "

 

Nous avions rendez-vous à 19heures à " O Marches du Palais " dont le propriétaire avait prété la salle du bas au Cercle Occitan pour la soirée avec Nadalenca, une chorale de Montpellier bien connue dans la région mais aussi en dehors.

Pendant que les 25 choristes et leur jeune chef de choeur s'échauffaient la voix, ceux du Cercle et leurs invités dégustaient un couscous du feu de Dieu (préparé par la cuisinière des lieux). Le vin qui accompagna le repas venait de la propriété de Bèla Font ( belle Fontaine ), commune de Liauran-Cabrières, qu'un ami, Arvei Tabar, occitaniste des Tega-Los de Clermont, avait apporté.

A l'heure prévue nous nous assîmes dans la salle pleine de monde, et les chants de noël retentirent dans ce lieu qui fût la chapelle des Pénitents Blancs !

Nous entendîmes une quinzaine de cantiques ou de chants religieux traditionnels, dont un de Pézenas, d'autres avec des paroles de Jean Larzac, de Michel Saboli...

La soirée ne pouvait se terminer sans quelque chose de chaud et sucré !

Nous nous dîmes à la fois prochaine !

Jacques d'Octon.

Imprimer Imprimer cet article

NADALENCA


FÈSTA DELS 13 DESSÈRTS A LAURÓS lo 16 de decembre

los 13 dessèrts
los 13 dessèrts

Arribèrem a 5 oras de l'après dinnar a la sala del Fogal Rural de Laurós :las taulas èran mesas en plaça; i aviá ja de manjalha e de que beure que la quantitat aumentava a cada còp que qualqu'un veniá. Après las charradissas costumièras, las personalitats eminentas faguèron de presentacions pas tròp longuetas per pas daissar caufar los aperitius ! Aquesta dintrada en matèria durèt çò que cal mas avèm pas acabat totas aquelas doçors tot còp un pauc saladas.
Puèi venguèt lo moment d' una suspresa que la Leona, meteire en scèna d'una peceta de teatre, presentèt al public avisat! e que los quatre actors joguèron amb plaser. ( Savi pas se lo Prosper Gèli auriá reconeguda son òbra ! ).
La fèsta continuèt amb cants e istorietas, que lo Domenge èra pas lo darrièr per nos far rire e participar! Es après que totes nos ataulèrem per pas daissar gastar  lo manjar e lo beure!
Mas una de las rasons de l'organizacion d'aquesta serada, èra de festejar los 13 dessèrts, plan presentats per las dònas del Cercle Occitan.
La serada se podiá pas acabar sens cançons e vin caud que la Marcèla planhèt pas la dòsi ! e en cantant lo "Se Canta"!
N.B. Avèm apreciada la preséncia dels amics de St Guilhèm e d'endacòm mai, qu'èran pas los darrièrs per participar!
Jaume d'Aloton

 

Nous arrivâmes à 5 heures de l'après-midi à la salle du Foyer Rural de Lauroux : les tables étaient mises en place ; il y avait déjà de la nourriture et de quoi boire, dont la quantité augmentait à chaque nouvelle arrivée. Après les bavardages habituels, les personnalités éminentes firent des présentations pas trop longues, histoire de ne pas laisser chauffer les apéritifs ! Cette entrée en matière dura ce qu'il faut mais nous n'avons pas fini toutes ces douceurs parfois un peu salées.

Puis vint le moment d'une surprise que Léone, metteur en scène d'une pièce de théâtre, présenta à un public avisé !... et que les quatre acteurs jouèrent avec plaisir. ( Je ne sais pas si Prosper Gely aura reconnu son oeuvre ! )

La fête continua avec des chants et des histoires, pour lesquels Dominique ne fut pas le dernier à participer et nous faire rire ! C'est après que nous nous attablâmes pour ne pas laisser gâter les victuailles et les boissons.

Mais une des raisons de l'organisation de cette soirée était de fêter les 13 desserts, bien présentés par les dames du Cercle Occitan.

La soirée ne pouvait se terminer sans chansons et le vin chaud dont Marcelle n'a pas plaint les doses... et en chantant le "Se Canta ".

N.B. : Nous avons apprécié la présence des amis de St Guilhem et d'ailleurs qui n'ont pas été  les derniers à participer !

Jacques d' Octon.

 

 

 

Imprimer Imprimer cet article

FÈSTA DELS 13 DESSÈRTS A LAURÓS lo 16 de decembre

las dirigentaslas dirigentas


Visita a San Guilhem lo 4 novembre 2015

Visita a San Guilhem lo 4 novembre 2015

 PER VIURE A SANT GUILHEM, CAU AVER L'ESQUINA D'UN ASE, DE DENTS DE LOP, L'ESTOMAC D'UN PÒRC E DE CAMBAS DE CHIN!

 

Dimècres, lo cercle occitan del Lodevés anèt visitar lo vilatjòt de Sant Guilhèm del desèrt, visita comentada en occitan per un estajant del vilatge ( lo famós guida Josèp, un vertadièr "Sautaròcs"). Foguèrem acculhits per lo cercle Max Roqueta. I aviá tanben maites cantaires de la corala occitana.
Commencèt per l'istòria de Guilhem que fondèt l'Abadiá en 804, e en espiant lo vilatge de luènh vist de la riba drecha del Verdús amb la cascada polida,nos mostrèt l'abadiá del band sud-èst, los ostals vièlhs e çò que demòra del castèl quilhat sus los ròcs. Faguèt la comparason entre la vida plan dura d'ièr e la de uèi. Dins lo passat aquò's èra un país de cabras que s'apasturavan dins los ròcasses: se vesiá pas de verdura, coma ara, sus lo puèg.
Sèm davalats puèi cap a la rota de la val d'Erau per montar dins la vila vièlha en espiar (espiant) los polits ostals, las fenèstras, qualques pèiras de remarcar...Sant Guilhem es tanben un país d'aiga: vegerèm fòrça fonts dins nòstra caminada...

250 estatjants vivon a Sant-Guilhem en ivèrn mas 800 000 toristas i passan dins l'annada. D'aquí d'alai, de botigas son dobèrtas ( esclòps, sacas, cuèr, terralhas...).
Acabèrem la visita per l'Abadiá e sa cripta. I dintrèrem en nos arrestant un moment per escotar nòstre guidaire que nos parlèt de l'istòria de l'Abadiá de Gelona. De notar las relìquias: bocins de la crotz de Jèsus portats de Jerusalèm per Guilhem. Lo nom "desèrt" vòl pas dire aquí un endreit sens degun mas lo cau entendre puslèu dins lo biais religiós: meditacion.
Sortiguérem de la glèisa del costat sud per trepar jos lo balet de la clastre ont acabèrem la visita per un "Se canta" dels afogats!
La tantossada s'acabèt, coma de costuma, dins la convivénçia dins la sala comunala amb fòrça còcas e autras doçors sens doblidar de beure un còp.

 

MARISA et JAUME d'ALOTON

 

                                              ~~~~~~~~~~~~~~


Mercredi, le Cercle Occitan de Lodève est allé visiter le village de Saint Guilhem du désert, visite commentée en occitan par un habitant du village ( le fameux guide Joseph, un authentique Sautaròcs). Nous fumes accueillis par le Cercle Max Rouquette. Il y avait aussi des chanteurs de la chorale occitane.
Il commença par l'histoire de Guilhem qui a fondé l'abbaye en 804 et en regardant le village de loin vu de la rive droite du Verdus avec la jolie cascade,nous montra l'Abbaye côté sud-est, les vieilles demeures et ce qu'il restait du château dressé sur les rochers. Il fit la comparaison entre la vie bien dure du passé et celle d'aujourd'hui. Dans le passé c'était un pays de chèvres qui pâturaient dans les rocailles: on ne voyait pas de végétation, comme maintenant, sur la colline.
Nous sommes descendus puis direction la route de la vallée de l'Hérault pour remonter dans la vieille ville en admirant les jolies maisons, les fenêtres, quelques pierres de choix... Saint Guilhem est aussi un pays d'eau: nous vîmes beaucoup de fontaines pendant notre cheminement.
Avec 250 habitants l'hiver, 800 000 touristes passent dans l'année. Des boutiques sont ouvertes de loin en loin, proposant des sabots, des sacs, du cuir, des poteries...
Nous terminâmes la visite par l'Abbaye et sa crypte. Nous y entrâmes en s'arrêtant un moment pour écouter notre guide nous parler de l'histoire de l'Abbaye de Gélone. A noter les reliques: des morceaux de la croix de Jésus rapportés de Jérusalem par Guilhem. La dénomination "désert" ne signifie pas un endroit sans personne mais est à prendre sous l'angle religieux: la méditation.
Nous sortîmes de l'église du côté sud pour trainer sous les arches (du cloître) et on termina la visite par un "Se canta" de passionnés!
L'après-midi se finît, comme à l'accoutumée, dans la convivialité dans la salle communale avec des gâteaux et autres douceurs à profusion, sans oublier de boire un coup.

Télécharger le fichier (15.23 Ko)

Imprimer Imprimer cet article

Quelques photos de San Guilhem


Passejada de las sopas

Passejada de las sopas

       Per la cinquena annada, lo Cercle Occitan del Lodevés amb l'associacion Larzac Vilatge d'Euròpa, organizèron una passejada de las sopas sul platèu del Larzac.

       La primièra sopa, leugièra (carròtas e cumín) se degustèt avant lo despart al Cailar,una autra, plan gostosa (amb cambajon, saucissa, melsat, codena) a miègjorn e la tresena (cogorletas e formatge) per rescaufar lo mond a l'arribada sus las sièis oras del vèspre...

      Aquò's un tropelàs de cent trenta personas que caminèron sul Causse fins a la bòria de Combefère abans un retorn per camps al Cailar.

      La caminada foguèt regaudida , quora de contes pel contaire Clamens del Quercy , quora de cançons per la cantaira locala Sofía . La pausa repais foguèt animada pel grop Melsat que entrainèt  los caminaires dins de danças tradicionalas.

      A sièis oras, foguèrem aculhits a la sala de las fèstas pel grop Tindarel que jogava pòlkas, mazurkas, borrèias e autres danças del folclòr occitan.

      Aquel balèti acabèt la jornada dins la jòia e la convivéncia en se disent "a l'an que ven !"

 

-------------------

 

Pour la cinquième année ,le Cercle Occitan du Lodévois avec l'association Larzac Village d'Europe , ont organisé une randonnée des soupes sur le plateau du Larzac .

La première soupe , légère (carottes et cumin ) était dégustée avant le départ au Caylar , une autre , très savoureuse ( avec jambon, saucisse melsat ,couenne ) à midi et la troisième ( courgettes et fromage ) pour réchauffer le monde  à l'arrivée vers six heures du soir ...
     Ce sont cent trente personnes qui ont marché sur le Causse jusqu'à la ferme de Combefère avant un retour à travers champs au Caylar .
     La randonnée fut égayée , tantôt de contes par le conteur Clément du Quercy , tantôt de chansons par la chanteuse locale Sophie . La pause repas animée par le groupe Melsat qui a entraîné les marcheurs dans des danses traditionnelles .
     A six heures , nous fumes accueillis à la salle des fêtes par le groupe Tindarel jouant polkas , mazurkas , bourrées et autres danses du folklore occitan .
     Ce "balèti" terminait la journée dans la joie et la convivialité en se disant : "à l'an prochain ! "

 

Imprimer Imprimer cet article

Quelques photos

Pour se donner du couragePour se donner du courage


F

Lo Cercle Occitan de Lodèva fadeja mas trabalha tanben !

 

Cors d'occitan totes los dimècres a Luteva a 17 oras

 

 

Plan du Site | Mentions légales | S'identifier
Reproduction totale ou partielle strictement interdite • Propulsé par KitWeb • Hébergement Wan AgainValid XHTML 1.0 Transitional